Art et Culture : Ouvrage sur les Mines d'Albi-Cagnac
Retour

Les cités ouvrières
Extrait :
...
L'avantage du logement était bien évidemment lié au travail à la mine. En cas de décès d'un mineur, sa veuve était obligée de libérer le logement. Un ancien mineur fut contraint de travailler aux houillères en 1948, à la suite du décès de son père, parce que les gardes avaient fait comprendre à sa mère que c'était le seul moyen pour conserver son logement.
Comme ces gardes surveillaient tout dans les cités, en cas d'adultère ils forçaient les personnes concernées à quitter la Société et donc le logement.
Au total la SMA édifia près de 800 logements qui ont été mis à la disposition des employés.
En 1912 la SMA fit construire la cité de Milhars à 1km 1/2 au sud de l'entrée de la mine. Elle était composée de 48 logements.
Quelques années plus tôt la Société avait participé financièrement à la construction de la cité de l'Homestead, dans le quartier de Mazicou à Albi. En 1916 elle en devint propriétaire.
C'est surtout après la 1ère guerre mondiale que les constructions se sont multipliées.
Sur Cagnac ce sont les cités de la Tour (entre le village et Milhars), de Landrivette (au village) et surtout des Homps. Située au nord de Camp-Grand cette dernière était consacrée à l'accueil des Polonais à partir de 1920 ...

Cité des Homps

Suite
Suivante
Précéd.
Cité ouvrière
des Homps
à
Cagnac-les-Mines:
Société des
Mines d'Albi.

© Histocarm décembre 2002